ASSOCIATION "LORRAINE FEMMES DE CŒUR"

Des Lorraines au Cœur des Enfants et des Femmes du Sénégal

4 février 2016

QUAND LE COEUR SE RENVERSE…

Classé dans : ARTICLES — YASMINA CHAUMETTE @ 1 h 00 min

« L’égalité a un organe, l’instruction gratuite et obligatoire.

Le droit à l’alphabet, c’est par là qu’il faut commencer.

L’école primaire imposée à tous, l’école secondaire offerte à tous, c’est là la loi.

De l’école identique sort la société égale.

Oui, enseignement ! Lumière ! lumière ! tout vient de la lumière et tout y retourne. »

Victor Hugo – Les Misérables

Le travail reprend, mardi 26 janvier, les ambassadrices se préparent pour une nouvelle journée de rencontres et de grandes émotions.

Frère Henry, leur hôte,très occupé par ses charges à la DIDEC (Direction Diocésaine de l’Enseignement Catholique) leur propose d’être accompagnées par Bernadette, sa secrétaire à l’Immaculée Conception, une école créée en 1932 qui compte plus de 1000 élèves du CI au CM2 et une annexe de préscolaires de plus de 300 élèves.

En arrivant, juste devant l’école, elles découvrent pleins de bras articulés bleus  ; de belles frimousses s’agitent… Séance de sport !…

La chaleureuse Soeur Madeleine Odile les attend de pied ferme, et les accompagne dans la grande salle d’accueil où un rafraichissement fait maison est servi : une citronnade bien venue…

Le temps de s’installer et voilà que deux demoiselles poussent la porte pour aller vers Magalie et Yasmina ; Fatoumata, filleule de Yasmina et Keny Panda parrainée par les parents de Fanny.

Ce sont deux jeunes jeunes filles posées et rayonnantes, bonnes élèves de surcroit, aimant la poésie pour l’une et le chant et la danse pour l’autre.

Le temps passe vite, le temps de faire le tour de situation et le moment de quitter ces amours est déjà là. Un pincement au cœur à chaque départ…

Une pause entre midi sous la poussière et la  chaleur à Kaolack, direction le collège Pie XII, un énorme établissement où sont scolarisés 8 élèves soutenus par l’association. Ils accueillent les dames dans la cour de récréation. Jacques a bien grandi et les jeunes filles également. Ils sont dynamiques et sont intéressés par les apprentissages scolaires. La rencontre permet des échanges fructueux et toujours remplis d’émotions.

François et Hélène cherchent leurs marraines ; ils transmettent un message d’affection chaleureux en espérant les voir bientôt…

Les petits colis amenés de France et soigneusement préparés par les parrains sont remis à chacun. Ce moment est important et plus que symbolique. Il marque le lien fort entre des êtres humains.

Elles rencontrent ensuite Adoris, mère de Jacques, qui est à Kaolack afin de poursuivre sa formation d’éducatrice pour « Villages d’Enfants » ONG qui soutient les femmes, souvent seules, dans l’éducation de leurs enfants.

C’est une femme admirable, qui lutte et se bat pour faire vivre son foyer, ce qui n’est pas chose facile avec de très faibles revenues.

L’association va appuyer la scolarité de Jacques afin qu’il puisse étudier en toute quiétude.

Vient déjà le moment des embrassades et des accolades. Il est déjà 18h30, un nouveau pincement au cœur les accompagne sur le chemin du retour.

Il est 19h, il faut faire un dernier point de situation dans le bureau de frère Marcellin, afin de lui présenter Magalie, qui prend désormais en charge la coordination des parrainages et ainsi un meilleur suivi de la scolarisation des filleuls. Elles en profitent pour récupérer les bulletins de notes.

La journée s’achève, Adoris les rejoint pour une soirée de discussion.

Après une grande journée de retrouvailles, la fatigue frappe à leur porte : il est temps de trouver le sommeil.

Mercredi 27 janvier, les valises très allégées retrouvent le coffre de la voiture de L’abbé Clair Emile.

Sur la route en direction d’MBour, petit crochet à l’internat Notre Dame de la Paix, pour y retrouver la belle Germaine. Sa famille lui manque, elle voudrait partir avec les deux missionnaires et retourner à NBour.Il est difficile de vivre ces temps d’internat mais ils sont nécessaires afin de progresser, d’acquérir sereinement de nouvelles connaissances dans un milieu protecteur.

La promesse est faite de rendre visite à son père vendredi en fin de mission.

Le passage surprise des deux visiteuses lui aura apporté un doux moment de gaité et de chaleur humain. La séparation est encore un déchirement, mais ce n’est qu’un au revoir Germaine…

La journée se termine par un bref passage par la magnifique île aux coquillages de Joal-Fadiouth.

Clair Emile dépose au bout de la nuit les deux femmes de cœur au campement  de Nianing où elles retrouvent Nadine qui s’occupe d’un association humanitaire qui œuvre aussi au Sénégal.

Allez maintenant, bonne nuit les petits !!!

♥ © LF2C – I – 2016  ♥

Laisser un commentaire

 

Association CELT |
Bonjour! ceci est une asso... |
A.P.E.THO. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Association Initye
| LOZERE : Correspondants déf...
| Alm'âge. Association de lut...